Depuis la découverte de la première exoplanète dans les années 1990, les astronomes ont régulièrement progressé dans la recherche et l’exploration de planètes situées dans la zone habitable de leurs étoiles, où les conditions peuvent conduire à la formation d’eau liquide et à la prolifération de la vie.

Les résultats de la mission satellite Kepler, qui a découvert près des 2/3 de toutes les exoplanètes connues à ce jour, indiquent que 5 à 20% des Terres et super-Terres sont situées dans la zone habitable de leurs étoiles. Cependant, malgré cette abondance, il est extrêmement difficile de sonder les conditions et les propriétés atmosphériques de l’une quelconque de ces planètes habitables et elle est restée jusqu’à présent insaisissable.

Une nouvelle étude du professeur Björn Benneke de l’Institut de recherche sur les exoplanètes de l’Université de Montréal, sa doctorante Caroline Piaulet et plusieurs de leurs collaborateurs rapporte la détection de la vapeur d’eau et peut-être même des nuages d’eau dans l’atmosphère de la planète K2- 18b. Cette exoplanète est environ neuf fois plus massive que notre Terre et se trouve dans la zone habitable de l’étoile en orbite. Cette étoile de type M est plus petite et plus froide que notre Soleil, mais en raison de la proximité étroite de K2-18b avec son étoile, la planète reçoit presque la même quantité totale d’énergie de son étoile que notre Terre reçoit du Soleil.

Les similitudes entre l’exoplanète K2-18b et la Terre suggèrent aux astronomes que l’exoplanète pourrait avoir un cycle de l’eau permettant éventuellement à l’eau de se condenser en nuages et à la chute d’une pluie d’eau liquide. Cette détection a été rendue possible par la combinaison de huit observations de transit – le moment où une exoplanète passe devant son étoile – prises par le télescope spatial Hubble.

L’Université de Montréal n’est pas étrangère au système K2-18 situé à 111 années-lumière. L’existence de K2-18b a été confirmée pour la première fois par le professeur Benneke et son équipe dans un document de 2016 utilisant les données du télescope spatial Spitzer. La masse et le rayon de la planète ont ensuite été déterminés par Ryan Cloutier, ancien étudiant au doctorat de l’Université de Montréal et de l’Université de Toronto. Ces premiers résultats prometteurs ont encouragé l’équipe iREx à recueillir des observations de suivi sur ce monde fascinant.  »

Les scientifiques pensent actuellement que l’épaisse enveloppe gazeuse de K2-18b empêche probablement la vie telle que nous la connaissons d’exister à la surface de la planète. Cependant, l’étude montre que même ces planètes de masse relativement faible et donc plus difficiles à étudier peuvent être explorées à l’aide d’instruments astronomiques mis au point au cours des dernières années. En étudiant ces planètes situées dans la zone habitable de leur étoile et disposant des conditions adéquates pour obtenir de l’eau liquide, les astronomes sont sur le point de détecter directement les signes de la vie au-delà de notre système solaire.

« C’est le plus grand pas fait pour atteindre notre objectif ultime: trouver la vie sur d’autres planètes, prouver que nous ne sommes pas seuls. Grâce à nos observations et à notre modèle climatique de la planète, nous avons montré que sa vapeur d’eau pouvait se condenser en liquide C’est une première « , a déclaré Björn Benneke.

source

Pin It on Pinterest

Share This