L’intelligence artificielle est le sujet brûlant du moment.

Les entreprises les plus précieuses du monde, dont Amazon, Microsoft et Google, sont dans une course pour recruter des chercheurs de premier plan dans le domaine de l’IA pour faire progresser leurs efforts sur les véhicules autonomes, les diagnostics médicaux et toute une série d’autres entreprises.

Dans le même temps, les gouvernements se précipitent pour soutenir la technologie qui pourrait conduire le prochain changement de paradigme économique avec des financements et des incitations.

Lors d’une conférence récemment, le premier ministre Justin Trudeau a parlé de la promesse de l’IA, où il s’est concentré sur la possibilité pour le Canada d’attirer des investissements et de créer des emplois dans ce domaine en plein essor.

Mais les gouvernements posent-ils par inadvertance les bases de leur propre non-pertinence?

En tant que directeur des politiques au Centre Mowat de l’Université de Toronto, je me concentre sur les répercussions de la technologie sur le marché du travail, les services gouvernementaux et les programmes sociaux.

Gouvernement de l’ère industrielle, monde de l’ère de l’information

Déjà aujourd’hui, le secteur privé déploie des technologies de pointe dès que possible, tandis que le secteur public peine à mettre en œuvre des solutions du tournant du siècle pour des tâches apparemment simples.

Les efforts continus du gouvernement fédéral avec la mise à niveau du système de paye Phoenix, qui a été conçu pour économiser 70 millions de dollars par année, pourraient coûter 1 milliard de dollars, n’est que le dernier exemple des défis du secteur public avec des projets informatiques de grande envergure.

Et le fossé entre les deux mondes ne pourrait que s’aggraver au fur et à mesure que la technologie – qu’elle soit IA ou blockchain – devienne plus avancée, complexe et perturbatrice. La capacité et la capacité du secteur privé à travailler avec les TI sont déjà plus élevées que celles du gouvernement. Alors que les salaires et les opportunités continuent d’attirer les talents dans le secteur privé, nous verrons probablement une augmentation correspondante du fossé des capacités entre les deux.

Les gouvernements font déjà face à une crise de confiance. Selon un sondage du cabinet de consultation en relations publiques Edelman, seulement 43 p. 100 des Canadiens font confiance au gouvernement, soit le taux le plus bas parmi les établissements interrogés. Seulement 26% des Canadiens interrogés considèrent les représentants du gouvernement et les organismes de réglementation comme crédibles.

La transformation numérique est cruciale

Les citoyens, de plus en plus habitués à vivre et à travailler numériquement, n’auront que des attentes plus élevées en ce qui concerne l’aptitude et la capacité technologique du gouvernement à l’avenir.

Les banques, les détaillants, les entreprises manufacturières et les mines se transforment toutes en organisations numériques.

Si nos gouvernements restent ancrés dans l’ère industrielle, leur déclin de pertinence ne fera que s’accélérer. La plupart des structures et des processus gouvernementaux datent d’avant les années 1950.

Cet écart de pertinence ne se limitera pas à l’accès aux services plus facilement et plus efficacement. Dans un proche avenir, nous assisterons probablement à un débat sur les raisons pour lesquelles les employés du secteur public sont relativement immunisés contre les interruptions de travail et les conditions de travail précaires, tandis que la technologie pourrait accélérer les deux tendances pour le secteur privé.

Alors que la qualité de l’emploi continue de s’éroder dans le secteur privé, le secteur public semble se démarquer des tendances de l’emploi précaire. Cela amènera vraisemblablement les travailleurs du secteur privé à se demander pourquoi leurs impôts financent des postes bien rémunérés et sûrs alors qu’ils pourraient eux-mêmes avoir de grandes difficultés.

Désorganisation du travail et agitation

L’avenir du travail pour beaucoup dans le secteur privé impliquera de plus en plus de passer d’un emploi à temps partiel et de revenir pour joindre les deux bouts, avec peu d’argent pour épargner pour la retraite ou pour des «bénéfices» tels que services de santé mentale ou médicaments d’ordonnance , les tendances du marché du travail au cours des 30 à 40 dernières années suggèrent.

Le travail à temps partiel a augmenté de 57% au cours des 40 dernières années et représente maintenant près de 20% des emplois au Canada. Le travail temporaire a également augmenté de 57% au cours des 20 dernières années et représente maintenant 13,5% de la main-d’œuvre. Dans les pays de l’OCDE, la croissance du travail atypique représente 60% de la croissance de l’emploi depuis le milieu des années 90.

Ces tendances de l’emploi risquent d’empirer en raison de la technologie et des stratégies d’entreprise.

En 2014, le taux de syndicalisation du secteur public était de 71,3% – soit près de cinq fois le taux du secteur privé de 15,2%, ce qui soulève des doutes quant à la voix du travailleur privé dans un marché du travail de plus en plus maigre et fissuré.

Chômage de masse

Une étude réalisée en 2016 par Deloitte et l’Université d’Oxford a révélé que jusqu’à 850 000 emplois dans le secteur public du Royaume-Uni pourraient être perdus à cause de l’automatisation d’ici 2030, dans des rôles administratifs et des emplois pour les enseignants et les policiers.

L’application de ces mêmes projections au secteur public canadien signifierait plus de 500 000 emplois à risque sur les 3,6 millions de postes du secteur public. Cependant, les conventions collectives pourraient empêcher toute tentative d’éloignement des employés effectuant des tâches administratives routinières et des travailleurs ayant des compétences numériques.

Si l’économie dans son ensemble continue à tirer le maximum de l’efficacité du travail humain et à substituer des approches technologiques dans la mesure du possible, il devient difficile d’imaginer que le secteur public se déplace comme il l’a toujours fait.

Tout simplement, le secteur public devra développer une main-d’œuvre plus efficace et adopter des structures et des stratégies plus agiles afin de conserver sa pertinence dans un monde numérique.

Alors, quel est le bon chemin à suivre? Alors qu’il est prometteur de voir les gouvernements et les autres organisations du secteur public avancer avec les agendas des services numériques, nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’ils superposent simplement des solutions numériques aux processus existants et récoltent les véritables avantages de la technologie.

Blockchain, AI, gouvernement virtuel

Le secteur public, allant de la fonction publique centrale aux soins de santé en passant par l’éducation, doit fondamentalement transformer son mode de fonctionnement.

Avons-nous besoin d’un nombre incalculable d’accords de contribution, de contrats et de remboursements pour être validés physiquement par les employés de plusieurs bureaux lorsque la technologie de la chaîne de blocs peut instantanément vérifier toutes ces mêmes transactions?

Les unités politiques ont-elles besoin de 30 conseillers pour préparer des conseils à l’intention des ministres du gouvernement, ou une grande partie de leur travail peut-elle être effectuée automatiquement avec un petit nombre de personnes ajoutant des informations de grande valeur? Pouvons-nous utiliser la téléprésence pour atteindre les étudiants des communautés éloignées avec des enseignants de qualité? Les diagnostics médicaux seront-ils transformés par des réseaux de neurones capables de détecter plus précisément les cancers et autres maladies?

Des pays comme l’Estonie, largement considérée comme la société numérique la plus avancée du monde, démontrent qu’il est possible de repenser le gouvernement en tant que plate-forme numérique.

Si et à quelle vitesse le secteur public canadien pourra tirer parti des progrès technologiques pour accroître radicalement l’efficience et l’efficacité des programmes et des services sera peut-être son plus grand défi dans les années à venir.

Les retards et les erreurs ne feront que continuer à placer la fonction publique plus loin derrière les tendances dominantes des entreprises et des consommateurs, et risquent de perdre de plus en plus de pertinence pour nos institutions publiques.

 

La Source: http://bit.ly/2j4XlVZ

Pin It on Pinterest

Share This