La fraude alimentaire est partout. À la suite du scandale de la viande de cheval en Europe et des cas signalés à travers le monde, y compris au Canada, la sensibilisation est élevée.

L’Université Dalhousie a récemment publié une étude sur la fraude alimentaire et les résultats ont été surprenants: 63 p. 100 des Canadiens sont généralement préoccupés par la fraude alimentaire. Pire encore, plus de 40 p. 100 des Canadiens estiment qu’ils ont déjà été victimes de fraude alimentaire. Ce sont des résultats alarmants qui ne peuvent pas être ignorés.

La fraude alimentaire peut prendre de nombreuses formes. Cela peut inclure l’adultération – substituer un ingrédient par un ingrédient beaucoup moins cher – ou une fausse déclaration, ce qui peut inclure la vente d’un produit comme étant biologique quand il ne l’est pas.

Les cas de fraude alimentaire au Canada abondent

Les catégories d’aliments les plus vulnérables à la fraude alimentaire sont les poissons, les fruits de mer, les liquides, les épices, les fruits, les légumes et les produits de viande. Le Canada a connu sa part de cas ces derniers mois, dont Mucci Farms, dans le sud-ouest de l’Ontario, près de la pointe du lac Érié. La compagnie a reçu une amende de 1,5 million de dollars pour avoir vendu des tomates mexicaines comme produit du Canada. Mucci Farms nie que l’étiquetage était intentionnel et faussait leur système informatique.

D’autres cas ont émergé à travers des dénonciateurs essayant d’attirer l’attention sur la fraude alimentaire. Cericola Farms, l’un des plus grands transformateurs de volaille du pays, a été accusé de fraude l’année dernière suite à des allégations d’étiquetage biologique.

Le nombre de cas est en train de s’accumuler. L’Agence canadienne d’inspection des aliments a reçu plus de 40 plaintes en 2016 et les observateurs de l’industrie s’attendent à ce que ce nombre augmente en 2017.

Risques sanitaires et économiques graves

Certains peuvent croire que la fraude alimentaire est un crime sans victime. Ce n’est pas le cas. Ce qui est en jeu, c’est l’ensemble de l’économie alimentaire.

Pour que toute entreprise alimentaire se développe et offre des produits alimentaires de haute qualité, elle exige la confiance du consommateur. Si la confiance est perdue alors tout ce que l’industrie essaie d’accomplir deviendra plus difficile. Pourquoi les consommateurs paieraient-ils plus cher un produit qu’ils jugeraient frauduleux?

La majorité des entreprises alimentaires sont éthiquement saines, mais vous avez seulement besoin de quelques cas pour nuire à la réputation de toute une industrie.

Plus important encore, l’étude de Dalhousie suggère que les consommateurs souffrant d’allergies ou d’intolérances à certains aliments risquent de se sentir plus vulnérables que les autres consommateurs lorsqu’ils pensent à la fraude alimentaire. Par conséquent, la fraude alimentaire est autant un problème socio-économique que de santé publique.

La technologie une solution partielle

Les épiciers ont récemment investi dans les technologies blockchain qui fournissent un outil pour détecter les produits qui peuvent constituer des contrefaçons.

Mais ces mesures ne peuvent que beaucoup faire. Les entreprises ne peuvent pas vraiment dénoncer des rivaux frauduleux par crainte de représailles – les entreprises alimentaires dénonçant des cas frauduleux sont elles-mêmes accusées de fraude alimentaire. Ils ne peuvent pas gagner.

Les régulateurs devraient tout tester, ce qui serait impossible sur le plan opérationnel et, franchement, impossible. Les régulateurs publics sont conscients de ce problème depuis un certain temps, mais ils ont du mal à trouver des solutions pour résoudre le problème.

Quelques provinces, y compris l’Ontario, ont créé des comités provinciaux sur l’intégrité alimentaire pour collaborer avec l’industrie dans la recherche de cas frauduleux. Cependant, leur travail prendra un certain temps avant de voir quelque chose de nouveau.

Faites attention

Pendant ce temps, les consommateurs devraient acheter de la nourriture et visiter des restaurants avec des préjugés extrêmes. Les consommateurs devraient rechercher la cohérence des prix et de la qualité. Si un produit alimentaire est beaucoup moins cher à un point de vente, l’accord est peut-être trop beau pour être vrai. Les consommateurs devraient également poser des questions pointues sur les stratégies d’approvisionnement aux détaillants et aux exploitants de restaurants afin de rendre la chaîne d’approvisionnement plus transparente pour eux.

Mais les humains sont des humains et la fraude alimentaire dure depuis plus de 2000 ans. Les premiers cas connus connus remontent à l’Empire romain lorsque les soupçons autour des vins et huiles adultérés étaient répandus. Aujourd’hui, cependant, nous disposons de technologies nous permettant de détecter les comportements frauduleux.

Des entreprises et des centres de recherche du monde entier développent actuellement des technologies portables qui permettent aux consommateurs eux-mêmes de valider le contenu des étiquettes alimentaires. Imaginez que vous testez vos propres produits à la maison pour voir si cette pomme provient vraiment de l’Ontario ou que l’huile d’olive provient vraiment d’Italie. La technologie existe, mais les coûts sont prohibitifs. Certains de ces appareils peuvent coûter plus de 200 000 $.

Un jour cependant, les consommateurs dotés de ces technologies deviendront les régulateurs les plus puissants que l’industrie alimentaire puisse imaginer. Sachant que les consommateurs peuvent finalement tester l’intégrité de tout produit, toute la chaîne d’approvisionnement alimentaire devra être plus disciplinée et les pommes pourries devront y aller, sans jeu de mots.

Au fil du temps, les humains eux-mêmes peuvent ne pas se débarrasser de la fraude alimentaire, mais la technologie le fera.

 

 

La Source: http://bit.ly/2gKeUcW

Pin It on Pinterest

Share This