Traduit par Maya Samaha|

Sous le poids des crises associées à nos modes de vie, de nombreux types de concepts ont été formés depuis la seconde moitié du siècle dernier, ayant pour titre la durabilité comme unique condition disponible pour faire face à l’avenir. En outre, des visions philosophiques ont été établies et enracinées dans notre vie, jusqu’à le fait de poser des questions qui affectent le sort et l’existence de l’homme, et par conséquent, l’avenir de la planète. En d’autres termes, poser une question philosophique associée au quotidien de notre vie, au-delà des questions philosophiques classiques liées à la création… etc.

La philosophie de l’environnement a accumulé un grand nombre de concepts et d’idées en quelques années, avec l’évolution de l’être humain depuis la révolution industrielle au milieu du XIXe siècle, non atteinte au cours des centaines et des milliers d’années, jusqu’à ce qu’un ensemble de théories et de questions fussent accumulées et qui représentent maintenant une partie de la littérature de la philosophie environnementale ou l’Eco-philosophie, centrée sur des questions essentielles et à propos de la relation mutuelle entre les organismes et leur environnement, au sens que l’homme est une partie et une composante de la nature donc il est en contact avec ses lois et ce qui en résulte de ceci comme épuisement de ses ressources pour répondre à ses désirs économiques et de consommation, en employant la politique pour procurer une exploitation accrue, ce qui a conduit à des différences choquantes économiquement et socialement, posant l’affaire de la dignité humaine et l’ensemble des valeurs et des vertus. Et il y a des exemples flagrants au milieu de ce que nous assistons comme destruction de notre éthique.

La philosophie environnementale doit se caractériser par une tendance révolutionnaire, dans le contexte de l’évolution des valeurs sociétales, en identifiant de nouveaux titres pour une civilisation fondée sur les ruines de l’héritage en tant qu’idées et valeurs, conduisant et continue à conduire à la dégradation et la destruction des systèmes écologiques, surtout en ce qui concerne la menace des forêts tropicales qui sont les poumons de la terre, et dans certaines limites, outre la dégradation des systèmes composés par les mers et les rivières en menaçant la vie sauvage et la pollution qui touche également toutes les composantes de la vie sur la planète, surtout que nous vivons une équation climatique et nous avons commencé à voir ses résultats destructeurs pour la première fois dans notre histoire humaine.

Au milieu de toutes ses problématiques très compliquées, nous trouvons que l’homme sera invité à travailler pour élaborer un discours écologique basé sur des normes éthiques qui respecte les lois de la nature et de la vie dans toutes ses composantes, ainsi que l’harmonisation entre ses exigences et les fondements de la vie.

Pin It on Pinterest

Share This