Le chef du parti démocratique libanais, le député Talal Arslane, a regretté, que « plus de 4 milliards de dollars ont été dépensés sur la crise des déchets ménagers sans parvenir à une solution concrète ». « Le remblaiement de la mer à Khalde-Choueifat est une ligne rouge et le président de la Chambre, Nabih Berri, a joué un rôle majeur quant à son opposition à ce projet », a dit le député, imputant au ministère de l’Environnement la plus grande part de responsabilité dans cette affaire.

Pin It on Pinterest

Share This