Le pape François travaille à la rédaction d’une encyclique consacrée à la relation entre l’homme et la nature dont la publication est attendue fin juin. Le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, a confirmé l’information après que le président français François Hollande a indiqué à la presse que le souverain pontife lui avait fait part de cette initiative. Lombardi a précisé que la rédaction de l’encyclique n’en était qu’à ses prémices et qu’il était encore prématuré de dire quand le texte serait achevé. Le porte-parole a précisé que le thème de l’encyclique, lettre adressée par le pape à tous les évêques exposant la position officielle de l’Eglise catholique sur un sujet donné, était « l’écologie de l’humanité ». Le Saint-Père a placé cette question en tête des nouvelles priorités de l’Église. Pour lui, la destruction de la nature constitue un péché moderne. La Création, a-t-il rappelé à plusieurs reprises, a été confiée aux hommes pour qu’ils la protègent et pas pour qu’ils en deviennent les prédateurs. Symposium sur le lien entre pauvreté et changement climatique Alors que se prépare la conférence de Paris sur le climat, prévue en décembre prochain, le Vatican a accueilli un symposium sur la dimension morale du changement climatique et du développement durable, organisé par l’Académie pontificale des Sciences et le Conseil pontifical Justice et Paix. Cette conférence réunissant des scientifiques de haut niveau et des représentants des différentes religions du monde s’est déroulée en présence du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Intitulée « Protéger la planète, rendre digne l’humanité », cette réunion s’est déroulée en présence du chef d’État italien Sergio Mattarella et de Laurence Tubiana, ambassadrice française chargée des négociations sur le changement climatique. Les promoteurs souhaitent élever le débat sur les dimensions morales que représente la protection de l’environnement. L’objectif du Vatican est de susciter un mouvement mondial porté par toutes les religions et de mettre en lumière les liens très étroits entre le respect de l’environnement et celui des personnes, spécialement des pauvres, des exclus, des victimes des trafics et de l’esclavage moderne, des enfants et des futures générations. Le Vatican souhaite que soit établi un lien direct entre la lutte contre le changement climatique et celle contre la pauvreté. D’autant que les effets dévastateurs du réchauffement et la multiplication des catastrophes naturelles frappent surtout les plus vulnérables. Le Saint-Siège a associé à l’organisation de ce séminaire la coalition interreligieuse internationale « Religions for Peace», une ONG fondée en 1970 et qui mise sur la force de la coopération multi religieuse et le « Programme d’actions des Nations Unies pour le développement durable». Car il y a une cohérence entre les valeurs du développement durable et celles des principales traditions religieuses, attentives aux plus vulnérables. Elle a abouti tard dans la soirée à une déclaration, indiquant entre autres que les participants étaient «rassemblés à l’Académie pontificale des sciences et des sciences sociales pour relever les défis du changement climatique induit par l’homme, l’extrême pauvreté et la marginalisation sociale, y compris la traite des personnes, dans le cadre du développement durable. Issus de nombreuses confessions et horizons de vie, nous nous unissons, reflétant le désir partagé de l’humanité pour la paix, le bonheur, la prospérité, la justice et la durabilité environnementale. Nous avons considéré les éléments de preuve scientifiques écrasants concernant le changement climatique induit par l’homme, la perte de la biodiversité, et la vulnérabilité des pauvres aux chocs économiques, sociaux et environnementaux ». Cette réunion a été précédée d’un entretien d’une demi-heure entre le Pape François et Ban Ki-Moon. La rencontre était en faveur de la protection de l’environnement. Ban Ki-moon a exprimé au Souverain Pontife sa « gratitude pour avoir accepté de s’adresser à l’Assemblée générale des Nations Unies le 25 septembre prochain », comme le rapporte la Salle de presse du Saint-Siège. En décembre prochain à Paris, les délégations de 195 pays devront trouver un accord mondial pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre afin de préserver les équilibres écologiques de la planète. Le Pape François souhaite qu’ils aboutissent à un texte ambitieux. C’est aussi pour lui une question spirituelle et éthique qui doit éveiller les consciences.

Publisher: Lebanese Company for Information & Studies
Editeur : Société Libanaise d'Information et d’Etudes
Rédacteur en chef : Hassan Moukalled


Consultants :
LIBAN : Dr. Zaynab Moukalled Noureddine, Dr Naji Kodeih
SYRIE : Joseph el Helou, Asaad el kheir, Mazen el Makdesi
EGYPTE : Ahmad Al Droubi
Directeur Éditorial : Bassam Al-Kantar

Directeur Administratif : Rayan Moukalled

Addresse: Liban, Beyrouth, Badaro, Sami El Solh | Immeuble Al Snoubra, B.P. 113/6517 | Téléfax : +961-01392444 - 01392555-01381664 |email: info@greenarea.me

Pin It on Pinterest

Share This