Il y a dix-sept ans, il était tabou de parler ou même de signaler une crise économique au Liban. L’accusation était prête contre le « peu » avertissement de la voie descendante, et l’aggravation de la religion! Peu importe qui a élevé la voix est considéré « contre la reconstruction du pays et un gauchiste contre l’évolution et veut la re-planification qui a pris fin avec le régime communiste! »

Soudain, après la visite du président de la Banque mondiale de l’époque, James Wolfensohn, en février 2001, et parlant du cœur du palais Koreitem, le discours officiel, en particulier le discours des occupants de l’économie, s’est subitement transformé en un alarme soudaine et mettre le slogan du pays en crise. Le jour est venu pour parler des chances de correction, et ses méthodes sont à la traîne, mais accusées de défendre la réalité existante.

Ce qui se passe aujourd’hui nous rappelle ce qui s’est passé alors, soudainement le discours officiel s’est tourné vers la faillite du pays, et on dit que la situation n’a pas atteint ce point, et le potentiel de correction est toujours disponible, est l’accusé, pas même l’auteur! Cependant, la correction est possible parce que le pays a des capacités économiques et financières et un effet de levier. Seule la disponibilité de la décision et l’option qui est différente de l’expropriation des capacités et l’insistance sur la protection des monopoles, même au détriment de qui et de ce qui reste, apparaîtront.

Il y a 17 ans, les gens du régime, surtout ceux qui ont provoqué le désastre économique, ont profité de l’intimidation pour aller de l’avant et impliquer davantage le pays et lâcher son projet sans aucun effet dissuasif sous prétexte de défendre les intérêts du peuple.
Aujourd’hui, au milieu du fiasco des faillites, les gens de la faillite essaient de finir le pays et de terminer le reste de leur projet en vendant le pays aux plus pauvres, tous sous le nom de sauver les gens et de ne pas avoir de solution. Cette solution est la même que celle d’un quart de siècle et a conduit le Liban à cette gendarmerie.

« Si vous ne ressentez aucune honte, alors faites ce que vous voulez ». Les propriétaires du projet sur la diversité de ceux qui les ont rejoints sont vraiment habités par la banqueroute intellectuelle, morale, nationale, politique, économique et non économique du pays ou ses gens. Bien que le risque de faillite devienne une réalité s’ils continuent avec leurs choix mortels; ou ont été autorisés à utiliser cette intimidation pour saisir l’occasion d’un sauvetage sérieux en adoptant les mêmes options qu’auparavant. Le papier de conférence proposé à Paris ou Cedar n’est qu’une nouvelle forme de vieilles formes.

Deux développements majeurs indiquent un nouvel espoir d’abord l’annonce de Sayyed Hassan Nasrallah sur l’entrée du Hezbollah selon le programme qu’il a annoncé au coeur de la question économique, et la seconde est l’annonce du Président de la République sur une approche différente après les élections parlementaires pour ce dossier, au milieu de la disponibilité de deux facteurs majeurs facilitent la tâche en cas de disponibilité de la décision: le gaz et le pétrole d’une part et la reconstruction syrienne d’autre part, chacun dispose des conditions nécessaires.
Le pays n’est pas en faillite et a le potentiel de libérer son potentiel économique et est disponible pour éliminer la faillite qui régit ses gouverneurs.

Pin It on Pinterest

Share This