La force de gravité emprisonne les petites choses autour des grandes. Ceci est vrai pour les galaxies, y compris la nôtre, qui maintiennent des systèmes de galaxies satellites (par exemple, nos grands et petits nuages de Magellan). Alors que le modèle cosmologique standard actuel utilisé par les astronomes pour décrire et comprendre l’univers stipule que ces satellites devraient être distribués au hasard et orbiter autour de leur galaxie parentale de manière désordonnée, de nouvelles observations viennent de montrer, pour la troisième fois, que ce n’est pas le cas. Cas.

Les résultats, publiés aujourd’hui dans Science, montrent que les galaxies satellites entourant Centaurus A, une galaxie bien connue et relativement proche, à 13 millions d’années-lumière, sont en orbite non seulement dans un seul plan, mais d’une manière ordonnée et agréable. . De telles observations confirment ce que les astronomes ont déjà vu autour de notre propre Voie Lactée et de la Galaxie d’Andromède, mais vont à l’encontre du modèle cosmologique standard qui dit que de tels systèmes devraient être rares – comme dans 0,5% des galaxies. Mais à trois pour trois, les astronomes l’ont vu dans 100% des systèmes, à la place.

Bien sûr, les valeurs aberrantes qui ne suivent pas les prédictions du modèle devraient exister. Et trois systèmes sont encore un nombre extrêmement petit – mais même si peu d’observations montrent maintenant que les satellites sont beaucoup plus susceptibles d’orbiter d’une manière ordonnée que cru. On dirait que le modèle cosmologique standard, qui stipule que les galaxies sont en grande partie constituées de matière noire, peut nécessiter quelques ajustements. « Le mouvement cohérent semble être un phénomène universel qui exige de nouvelles explications », a déclaré Oliver Müller de l’Université de Bâle en Suisse, et auteur principal de l’étude, dans un communiqué de presse.

Le Centaure A est un objet idéal pour étudier les galaxies satellites car ses satellites apparaissent disposés de manière ordonnée sur un plan perpendiculaire à la galaxie elle-même, et face à face lorsqu’on la voit de la Terre. Cela signifie que tout décalage Doppler de la lumière reçue des galaxies satellites en raison de leur mouvement provient de leur mouvement autour du centre de la galaxie, plutôt que du mouvement global vers ou loin de nous. Sur les 16 galaxies satellites observées, 14 tournent ensemble autour du centre de la galaxie. Ceci est cohérent avec les résultats lorsque les astronomes observent des satellites autour de la Voie Lactée et d’Andromède.

The ultimate conclusion is that it’s common for satellite galaxies to move together — not randomly, as dark matter models predict. But while these results put added force behind a blow to our current understanding of dark matter, they don’t necessarily mean that dark matter is no more. What they do mean, however, is that our understanding of the way dark matter interacts with the universe may not be completely correct — which makes sense, given that we’ve yet to detect it directly. Challenges to current models are the best way to hone and improve those models, pushing them to better match the universe as we make new discoveries and uncover new pieces of the puzzle.

 

 

La Source: http://bit.ly/2BOmz1G

Pin It on Pinterest

Share This