La police a arrêté des membres importants de l’Association médicale turque mardi, quelques jours après que le président Recep Tayyip Erdogan ait qualifié le groupe d ‘ »amoureux du terrorisme » pour avoir demandé l’arrêt de l’offensive militaire d’Ankara en Syrie.

Les arrestations font partie d’une répression croissante contre la critique de l’incursion de la Turquie dans la région d’Afrin contrôlée par les Kurdes du nord-ouest de la Syrie. Plus de 300 personnes ont été arrêtées pour avoir diffusé de la « propagande terroriste » sur les réseaux sociaux depuis le début de l’opération militaire ce mois-ci.

Selon l’agence de presse officielle Anadolu, onze mandats d’arrêt ont été délivrés à des membres du syndicat des médecins. Des recherches policières ont été lancées dans huit provinces. Le président du groupe, Rasit Tukel, et d’autres membres du conseil d’administration figuraient parmi les personnes arrêtées, a déclaré le député d’opposition Ali Seker sur Twitter.

L’avocat de l’association, Ziynet Ozcelik, a déclaré que les personnes arrêtées étaient accusées de « propagande en faveur d’une organisation terroriste et de provocation publique ».

L’association médicale, qui représente 80 000 médecins, fait partie d’un petit nombre d’organisations qui ont exprimé publiquement leur opposition à l’offensive contre une milice kurde syrienne. Il a averti que les conflits causent toujours des dommages à la santé publique.

« Chaque affrontement, chaque guerre, provoque des problèmes de santé physique, psychologique, sociale et environnementale et provoque une tragédie humaine », indique le communiqué publié la semaine dernière. Il a conclu: « Non à la guerre. Paix maintenant.  »

Après avoir publié sa déclaration, l’association a déclaré qu’elle avait été inondée de menaces de violence par téléphone, courrier électronique et médias sociaux. La semaine dernière, le groupe Médecins pour les droits de l’homme basé à New York a condamné la campagne d’intimidation.

« C’est un commentaire sombre sur la situation en Turquie qu’un groupe de médecins ne peut pas faire une déclaration pacifique sans être ciblé par des menaces physiques et condamné par le chef de l’Etat », a déclaré le Dr Homer Venters, directeur des programmes chez les médecins. pour les droits de l’homme. « Les professionnels de la santé doivent avoir la liberté d’appeler les menaces à la santé publique sans crainte de représailles. »

Les arrestations alimenteront les préoccupations dans les capitales européennes au sujet de la liberté d’expression en Turquie. M. Erdogan a été accusé par des fonctionnaires européens de devenir de plus en plus autocratique, en particulier après que plus de 160 000 personnes ont été arrêtées, licenciées ou suspendues à la suite d’une tentative de coup d’État en juillet 2016.

Ankara a lancé l’offensive à Afrin le 20 janvier, dans le but de dégager l’enclave des membres d’une milice kurde qu’elle considère comme une organisation terroriste. Cinq soldats turcs ont été tués dans cette campagne menée par des rebelles syriens entraînés et équipés par la Turquie.

La critique publique a été étouffée pendant les dix premiers jours de l’opération. Il y a une hostilité publique généralisée en Turquie envers les militants kurdes en Syrie, qui sont étroitement liés à un groupe qui a mené une insurrection violente en Turquie pendant plus de 30 ans. Ankara craint que les militants kurdes syriens cherchent à créer une région autonome au sud de la frontière turque

Outre le parti populaire de gauche (HDP), à majorité kurde, les principaux partis d’opposition turcs ont apporté leur soutien à l’incursion. Il en va de même pour la plupart des médias traditionnels, y compris les journaux qui critiquent souvent le gouvernement.

Dimanche, M. Erdogan a fustigé un groupe d’universitaires, d’artistes et de journalistes qui ont signé une lettre critiquant l’opération, les accusant d’être des « serviteurs de l’impérialisme ».

« Si vous êtes des amoureux de la paix, pourquoi avez-vous, vous les traîtres, fermé les yeux pendant qu’une organisation terroriste séparatiste a tué nos officiers de police? »

 

La Source: http://on.ft.com/2nsEx5i

Pin It on Pinterest

Share This