Les mondes de l’art et de la science entreront en collision lors d’une exposition à Brisbane, avec des danseurs, des poètes, des musiciens et des animateurs prêts à interpréter la recherche environnementale pour une exposition.

Dans le cadre d’une résidence de six mois, les artistes passeront du temps avec des scientifiques du ministère de l’Environnement et des Sciences, pour créer des œuvres artistiques qui explorent la recherche.

Le programme Science in Residence aboutira à une exposition Art Meets Science, qui se tiendra à la Cité Écosciences de Dutton Park en août et en septembre, dans le cadre de la Semaine nationale de la science.

La ministre des Sciences et des Arts, Leeanne Enoch, a déclaré que quatre artistes et un collectif d’artistes ont été sélectionnés parmi un groupe de 15 candidats.

« Il y a une idée fausse selon laquelle les mondes des sciences et des arts s’excluent mutuellement, et ce n’est tout simplement pas le cas », a déclaré Mme Enoch, dont les responsabilités au sein du cabinet couvrent les deux domaines.

« Les deux sont motivés par la curiosité, la pensée créative et le désir de comprendre notre monde. »

Les recherches menées par les scientifiques du département portent sur la façon de garder les sols productifs, sur la meilleure utilisation des ressources naturelles et sur la manière de préserver le patrimoine naturel.

«C’est la troisième fois que nous animons le programme, et cette année nous avons des artistes qui utiliseront l’animation, la danse, la poésie, l’art numérique, la sculpture, le son, l’installation et la photographie pour illustrer le travail de notre surveillance côtière. sciences, chimie analytique et sciences sociales « , a déclaré Mme Enoch.

L’artiste et éducatrice environnementale West End Nadine Schmoll travaillera avec le Centre de chimie du département, dont les scientifiques fournissent des analyses chimiques et physiques d’échantillons d’eau, de sol, de sédiments et de plantes pour appuyer la recherche sur l’agriculture, l’environnement et la gestion des ressources.

Le centre analyse les échantillons recueillis grâce à la surveillance de la qualité de l’eau des bassins versants qui s’écoulent dans la Grande Barrière de Corail.

Mme Schmoll a déclaré qu’elle envisageait de collaborer avec les écoles et l’entreprise sociale basée à Brisbane, Reverse Garbage Queensland, qui collecte les rejets industriels de plus de 300 entreprises, les détournant des sites d’enfouissement et les rendant disponibles à la communauté à moindre coût.

Mme Schmoll a dit qu’elle était intéressée à explorer des idées telles que la dégradation des terres et des ressources en eau, ainsi que l’élimination des déchets.

«Mon intention est de créer un travail immersif qui englobe la sculpture, l’installation, le son et la projection cartographique», a-t-elle déclaré.

Elle a dit qu’elle cherchait à en savoir plus sur le travail des scientifiques et à éduquer les enfants sur la façon dont la science a contribué à la compréhension et au soin du monde naturel.

Mme Schmoll travaillera avec son collègue Karen Benjamin.

D’autres artistes incluent l’animatrice Tessie Liddell, l’artiste numérique interactive Dr Jen Seevinck et l’artiste d’installation numérique Alinta Krauth.

Le Bloom Collective, dirigé par l’artiste photo-média Dr Renata Buziak, impliquera le duo expérimental de musique d’art Vanessa Tomlinson et Erik Griswold, l’artiste de danse Jan Baker-Finch et le poète et écrivain Vicki Kelleher.

Dr Buziak a dit qu’elle croyait qu’il y avait beaucoup de croisements entre l’art et la science, et elle avait hâte de travailler avec les scientifiques et d’échanger des compétences et des idées.

 

La Source: http://bit.ly/2nnTmX0

Pin It on Pinterest

Share This