Le gouvernement de coalition norvégien a accordé un sursis de quatre ans pour le forage pétrolier dans les îles Lofoten, mais il a réussi à le sauver en octroyant 74 concessions de forage pétrolier – presque toutes dans des zones vulnérables – dans son processus de location de pétrole 2018.

C’était un peu familier de l’hypocrisie: alors que le gouvernement continue à appliquer des politiques vertes chez nous, il conditionne les menaces environnementales et les exporte vers des clients moins concernés.

Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement bipartite de Norways a convenu que les libéraux centristes et respectueux de l’environnement devraient rejoindre la coalition minoritaire et adopter certaines de ses positions environnementales.

Bien que ces politiques signifient que l’archipel des Lofoten et les îles Vestralen et Senja seront épargnés jusqu’en 2021, beaucoup disent que les nouveaux baux contredisent les promesses environnementales qui étaient déjà assez fragiles lorsque la nouvelle coalition au pouvoir a été formée il y a quelques jours.

Les nouvelles licences comprennent 45 en mer du Nord, 22 en mer de Norvège et huit dans la mer de Barents et ont été attribuées à Statoil, Aker BP, Shell, Total et ConocoPhillips entre autres.

Et tandis que Statoil a claironné son intention d’aller de l’avant avec un projet de 6 milliards de dollars dans le domaine de Johan Castberg, les nouvelles offres de location vulnérables semblent venir en compensation pour maintenir Lofoten fermé.

Le débat illustre la fissure fragile du nouveau gouvernement de coalition d’Oslo, opposant le ministre conservateur du pétrole et de l’énergie, Terje Søviknes, à Ola Elvestuen, le ministre de l’environnement et du climat issu du parti libéral.

Søviknes dit qu’il ne fait qu’élargir le fonds souverain du pays à 1 billion de dollars et vendre du pétrole à des clients consentants en Europe. D’autres, comme la banque d’investissement norvégienne Storebrand, ont accusé son jeu beaucoup plus que le compte bancaire norvégien en reliant l’économie du pays au pétrole alors que le reste du monde se prépare au changement climatique.

Le tour de bail record de cette année illustre une vérité inconfortable. Alors que la Norvège se bat pour devenir un exemple de responsabilité environnementale sur la scène mondiale, c’est aussi le plus grand producteur de pétrole d’Europe. De nombreux écologistes et certains partenaires commerciaux étrangers du pays accusent Oslo d’hypocrisie pour avoir soutenu l’accord de Paris sur le changement climatique en forant pour le pétrole dans l’Arctique, où se trouvent la majeure partie des nouveaux baux pétroliers.

Là encore, le pétrole a payé beaucoup de factures de la Norvège. Le pétrole et le gaz représentent 12% de sa production intérieure brute et plus d’un tiers de ses exportations. Son fonds souverain détient en moyenne 1,3% de toutes les sociétés cotées sur la planète et les produits pétroliers ont soutenu pendant des décennies l’un des systèmes de santé publique et d’éducation les plus fiables au monde.

Malgré cela, la Norvège est une chérie aux sommets annuels du climat des États-Unis. Cette année, plus de la moitié des voitures vendues en Norvège étaient électriques ou hybrides, ce qui donne au pays une longueur d’avance sur son engagement d’interdire complètement la vente de voitures à essence d’ici 2040. Par la même année, il veut tout son air domestique le trafic doit être électrique aussi bien. Et la Norvège vise dans ses objectifs de Paris à réduire ses émissions de 40%.

Mais pour l’ensemble de ses ambitions à la maison, la culture du forage d’Oslo exporte chaque année l’équivalent de dix fois ses propres émissions vers d’autres pays en exploitant les gisements de pétrole et de gaz de la mer du Nord. Certaines études estiment que les nouveaux baux pétroliers que le ministère du pétrole et de l’énergie vient de distribuer dans la mer de Barents pourraient ajouter 12 gigatonnes de carbone à l’atmosphère au cours des cinq prochaines décennies.

Nulle part cette tension dans la conscience norvégienne n’est plus claire que dans le débat sur ce qu’Oslo devrait faire avec son fonds souverain. L’année dernière, les parlementaires ont laissé planer la possibilité de retirer complètement les stocks de pétrole de la Norvège, en déversant jusqu’à 40 milliards de dollars dans des géants internationaux comme Exxon Mobil et Royal Dutch Shell. La Banque centrale norvégienne se penchera sur la question à l’automne de cette année.

Il y a des preuves qu’un plan de désinvestissement comme celui-ci pourrait rapprocher la politique énergétique interne de Norways de sa notoriété environnementale internationale. Le pays a abandonné la majeure partie de son stock de charbon en 2015 et, d’ici à 2020, le pays cessera de chauffer ses maisons avec des combustibles fossiles.

Comme il est déjà sur le point d’interdire le moteur à combustion interne standard d’ici 2040, il s’ensuit qu’Oslo devrait abandonner ses stocks pétroliers bien avant cela.

Mais pour que cela se produise, M. Søviknes et ses collègues du nouveau gouvernement de coalition doivent arrêter de distribuer des baux pétroliers à des rythmes aussi records, de peur que la Norvège ne se retrouve trop en faillite pour exporter les meilleures parties de sa célébrité environnementale.

 

La Source: http://bit.ly/2nlw4kv

Pin It on Pinterest

Share This