L’un des plus grands lacs du monde se trouve en Antarctique, scellé par quatre kilomètres de glace. C’est le lac Vostok, découvert par des scientifiques russes qui ont cherché à atteindre le réservoir d’eau douce non gelée, isolée du monde extérieur il y a des millions d’années.

Sa perforation faisait partie des grandes découvertes du siècle et a révélé l’existence d’organismes totalement inconnus et inattendus qui faisaient partie d’une vie il y a des millions d’années.

Après deux années d’analyse, l’Expédition antarctique russe (RAE) de l’Institut de recherche arctique et antarctique de Roshydromet, expose ses résultats et reprend la tâche de forer le monde sous-glaciaire.

Vostok se trouve dans la partie centrale de l’Antarctique, au même endroit que la station russe qui porte son nom. Un endroit où les thermomètres peuvent atteindre des températures inférieures à -82 degrés, presque impossible à supporter.

Avant que le dernier forage de la sous-glace du lac soit gelé, l’équipe scientifique a découvert des bactéries extrêmement inhabituelles qui intéressent tout le monde.

« Cette vie microbienne peut résider dans des environnements extrêmes à des pressions allant jusqu’à 400 atmosphères et à une température proche du point de congélation, sans lumière, sans carbone organique dissous (…) isolé de la surface depuis au moins 14 millions d’années ». expliqué. Le directeur de recherche Sergey Bulat, en révélant les résultats de ses recherches au laboratoire de physique nucléaire de Saint-Pétersbourg, selon l’agence RIA.

Il y a exactement 60 ans, le 16 décembre 1957, les explorateurs polaires ont fondé la station de recherche de Vostok dans la région la plus froide et la plus reculée de l’Antarctique. Il est situé près du pôle magnétique Sud de la Terre, à une altitude de 3,4 kilomètres du niveau de la mer.

Grâce à cette station, selon le rapport Kramola, les géophysiciens ont fait des profils sismiques pour découvrir ce qui se trouvait sous la glace. Parmi eux, Andrei Kapitsa, qui, sur la base des données obtenues, a suggéré que dans la zone de la station au-dessous du glacier, il y avait une couche d’eau.

Un forage de la glace et du lac a eu lieu à l’hiver 2006. La plate-forme de forage a été interrompue et le puits a dû commencer obliquement pour contourner une zone problématique d’une falaise.

Finalement, la surface du lac a été atteinte le 5 février 2012 à une profondeur de 3769,3 mètres. Ce fut une grande réussite.

La deuxième fois, il a été foré le 15 janvier 2015 et des échantillons ont été prélevés, où des organismes ont été découverts. Vostok est considéré comme l’endroit le plus défavorable pour la vie sur Terre, mais malgré tout, la vie existe là-bas.

Plusieurs scientifiques russes et américains ont étudié les résultats du forage et ont conclu différentes choses, mais tous ont confirmé qu’il y a de la vie à l’intérieur.

Le manque de fonds n’a pas permis de nouvelles mesures depuis 2015, mais maintenant l’équipe d’experts en glaciologie a commencé les préparatifs pour de nouvelles opérations de forage dans le puits, a rapporté l’agence de presse Tass.

« Le forage commencera au niveau de 3720 mètres », a déclaré Alexander Klepikov. Pour ce faire, ils se prépareront jusqu’au 6 février.

Avant de prélever de nouveaux échantillons de glace, les scientifiques devraient développer dans cette période une technologie propre, afin que les fluides technologiques utilisés dans le forage n’entrent pas dans leur eau et ne polluent pas l’environnement.

Pour atteindre de grandes profondeurs, l’exercice a une tâche presque impossible: l’eau qui fond de la glace se fige rapidement.

Le kérosène non gelé ou les fluides de fréon utilisés dans le système de forage traditionnel peuvent contenir de nombreuses bactéries qui peuvent pénétrer dans les eaux du lac, ce qui rend difficile la séparation de ce qui provient du lac et de ce qui se trouve à l’extérieur.

« Les chercheurs russes sont arrivés à la conclusion que les dernières dizaines de mètres de glace et même plus dans le lac lui-même, exigent des technologies fondamentalement différentes qui excluent le contact de l’eau et des liquides externes », selon Tass. .

« L’ouverture écologiquement propre du lac sous-glaciaire est devenue une réussite technologique de la science russe », a déclaré Valery Lukin, chercheur dans l’exploration du lac Vostok depuis des décennies.

Le lac Vostok est un grand réservoir de 6.000 kilomètres cubes, sa profondeur est de près de quatre kilomètres. Le bassin d’eau mesure 290 km de long et est divisé en deux parties: la partie sud (plus petite et plus profonde) d’environ 800-1000 mètres et la partie nord (grande et peu profonde) d’environ 300 mètres.

La géophysique a recréé le relief de la tranchée du lac et a découvert qu’elle se limitait à une faille assez récente dans la croûte terrestre.

Qu’est-ce qu’il y a à l’intérieur?

Dans la glace a été trouvé une bactérie caractéristique des eaux thermales, l’Hydrogenophilus thermoluteolus.

Il a été trouvé 102 mètres au-dessus du lac. En surface, elle n’a rien à faire, mais elle vit rouillée.

« Sur cette base, les scientifiques russes et français suggèrent qu’au fond du lac sous-glaciaire sont cachées les mêmes sources par lesquelles, en plus de l’eau chaude, entre l’hydrogène, qui sert de base à la vie chimioautotrophique », souligne le rapport. de Kramola.

Pin It on Pinterest

Share This