Il est temps d’adopter une approche économique différente de celle d’il y a un quart de siècle.

Une conférence qui a été répétée par tous les fonctionnaires et économistes pendant des années, mais sans aucune traduction, application ou même tentative!

La question sérieuse est pourquoi le Liban n’adopte pas un plan économique qui fait les secteurs productifs dedans et le renvoie à un pays normal par des normes économiques et du travail? Est-ce une idée de génie? Ou sont-ils des merveilles cruelles? Ou est-ce un axiome des axiomes de la construction de la nation?

Dans l’économie, il n’y a pas de recettes faciles, il est vrai, mais des principes généraux et des lois basées sur des modèles, mais c’est certainement une science dont les approches sont sujettes à des intérêts. La question n’est pas un compromis mais un point de départ d’intérêt, de classe, de secteur et de classe bien sûr.

La réalité au Liban est que le niveau atteint par la crise structurelle de l’économie menace toutes les composantes sociales. Aujourd’hui, il est dans l’intérêt de tous de créer une économie naturelle, non déformée, car toutes les marges précédentes ont été érodées, menaçant tout le monde de continuer le modèle et la perte de chaque force sociale varie selon son emplacement et sa force. Mais l’un d’eux est écrit pour elle pour survivre.

Les solutions peuvent commencer et atteindre tous les niveaux et attendre la vision, le plan, le mécanisme et le consensus, ce qui est excellent, et commencer des solutions simples mais efficaces et influentes dans plusieurs endroits en attente de plans et de positions, mais il est important de commencer un point à un moment précis.

Aujourd’hui, le Liban fait face à des pressions monétaires et financières, qui le traitent avec une grande efficacité, mais à un coût très élevé. La raison en est que son économie est exposée au monde extérieur dans le sens de son besoin permanent de monnaie forte. Entre le service annuel de la dette et l’assurance-change pour assurer les importations de divers types, y compris le pétrole, les médicaments et autres, le Liban a besoin de milliards de dollars par an. Qui vient seulement de la production, du tourisme, des services de qualité ou des transferts et autres dettes.

Ce projet de loi augmente année après année et le besoin de monnaie forte augmente également.

Le Liban importe des médicaments d’une valeur de 1 milliard de dollars et de 200 millions de dollars par an. Environ 75 millions de dollars sont utilisés pour vendre des médicaments au Liban pour environ 25 millions de dollars et le reste est exporté. Le Liban ne peut pas gagner 200, 300 ou 500 millions de dollars sur une courte période si certaines lois sont modifiées ou si des incitations sont adoptées. L’État en a fait une priorité plutôt que d’acheter de la Jordanie, de l’Inde, de l’Égypte et d’autres pays parce que la plupart des importations proviennent de pays semblables au Liban.

Le Liban importe des centaines de millions de dollars d’huile d’olive, qui est produite chaque année à partir d’huile d’olive ou est nécessaire à l’armée ou ailleurs. Il n’y a aucune possibilité de l’utiliser pour la production et de réduire les importations.

Le Liban importe 72 millions de dollars, dont 12 millions proviennent d’Arabie saoudite et le reste provient principalement des Pays-Bas. Israël, pour la plupart, ne peut pas cultiver des fleurs, même si cela représente la moitié du besoin.

Le problème n’est pas les marchés et la recherche pour eux. Ce marché libanais est présent et ses chiffres sont clairs, mais les procédures et les incitations sont naturelles et non irrationnelles.

Chaque mesure allège la facture d’importation et soulage ainsi le besoin de monnaie forte et réduit la dépendance à l’égard des opérations de caisse et du chantage à l’étranger

Chaque action crée des emplois et développe l’économie

Ce n’est pas une gifle, mais plutôt une reconnaissance que l’ère de l’expropriation est terminée parce que la capacité du pays s’est limitée à des options directes de pillage ou de location. Le pays était un pays pétrolier

La réforme commence à partir de tous les endroits disponibles, grands et petits, mais ce qui empêche la capacité des bénéficiaires d’arrêter le départ de l’intérêt de l’Etat aux intérêts de l’individu ou du groupe ou ce qu’on appelle dans notre pays les propriétaires d’excellence et de monopole. La mafia, qui est liée aux politiciens et aux dirigeants.

Pin It on Pinterest

Share This