Aujourd’hui, les Libanais respectent les sanctions américaines attendues contre leur pays, bien que certains les appellent des sanctions contre Hezbollah
D’autres vont à la logique de profiter des sanctions pour intimider les autres comme si les sanctions, si elles étaient imposées, atteignent un «groupe» libanais et excluent les autres.

Tant qu’il est encore limité, les fantasmes de certains vont à toutes les directions accompagnées d’une campagne d’intimidation et de préparation très dangereuse des États-Unis et des groupes israéliens et même locaux qui brisent tous les tabous et répandent la peur dans la plupart des cercles, et la peur est l’ ennemi de la raison et de l’intuition et de la confrontation.

L’Etat libanais, qui a agi depuis longtemps, n’avait rien à voir avec ce qui se passait. Au mieux, cette question visait les épaules de la Banque du Liban. Aujourd’hui, le gouvernement n’agira pas comme d’habitude. Il est demandé de travailler sur la base d’un style de pensée, d’action et de courage différents. La première action inhabituelle est de combler les lacunes, de fortifier la situation et de consolider les possibilités disponibles, puis de diriger la pression.

Il en va de même pour les éléments de l’État, en particulier les forces qui sont les plus liées à la question de la présidence du Conseil des représentants au gouvernement au ministère des Finances au ministère des Affaires étrangères aux amis du Liban qui Sont invités aujourd’hui à prouver leur véritable amitié parce que leurs intérêts avec le Liban sont déjà clairs.

En ce qui concerne les parties ciblées à l’origine, il n’est pas acceptable pour elles de ne pas être préparées tout au long de la dernière période et ont étudié toutes les lois et trouvé les lacunes nécessaires et ils sont accusés de défaut devant les autres et non comme les autres.

La confrontation est nationale et non régionale ou sectaire ou factionnelle, mais une fois de plus, le Liban en général est affecté, et non seulement une catégorie.

Le pays entre dans une nouvelle confrontation, alors que les axiomes n’ont pas encore été résolus de la loi électorale à la situation monétaire sensible à la création d’une vision économique et financière. Cette confrontation nécessite des mesures internes qui faciliteront la situation financière et monétaire afin que les parties concernées puissent faire face à la question au lieu de renvoyer les flèches.

Pin It on Pinterest

Share This