Enfin, le gouvernement a passé l’examen du budget et l’a approuvé, après que son président s’est mis en colère, puis s’est calmé et les ministres sont retournés à la réunion du cabinet, permettant à la fumée blanche de sortir.

Jusqu’à la rédaction de ce texte, il n’existe aucune information officielle sur ce qui s’est réellement passé, et selon les ministres, leurs interprétations étaient divergentes et variées, et parfois même contradictoires dans la compréhension de ce qui a été approuvé.

L’élément de la demande concernant la taxe bancaire sans les permettre à réduire l’intérêt fiscal des dépôts d’impôt approuvés? Un grand secret auquel  l’ambiguïté dans la réponse semble être en faveur des banques et leur interprétation et ce qui est devenu habituel depuis l’approbation de la taxe en 2003.

La contribution spéciale sur les bénéfices de l’ingénierie financière s’élève-t-elle à 1 milliard de livres libanaises? Il semble que la décision a été reportée de dix jours pour consulter l’autorité des questions et des consultations au ministère de la Justice.

Il est connu que les expériences dans ce cadre sont amères, car toute taxe différée pour le secteur financier va se traduire en faveur de ce secteur, car les individus dans ce secteur forment une grande partie de l’autorité.

Aujourd’hui au milieu de toute cette incertitude, le sujet de la découpure du compte et de son mécanisme est revenu d’un débat ouvert, qui est le sujet le plus difficile et le plus complexe avant d’approuver le budget, alors va-t-il encore ouvrir le bazar?

Beaucoup de questions inquiétantes sur la table … et l’expérience des deux derniers mois dans le débat budgétaire n’est pas encourageante, ni en termes d’approche ni de termes de la réforme, ni d’organisation des priorités et finalement du frein injustifié.

En attendant les informations officielles et l’accord des fonctionnaires sur ces informations pour pouvoir évaluer.

Pin It on Pinterest

Share This