Dr. Akram Alkhoury

Traduit par Maya Samaha|

Si nous observons les facteurs destructifs de l’écosystème en tant qu’explosion de la population, dégradation de l’environnement, pollution, ainsi que génie génétique, nous constatons que cette planète avec sa belle diversité est dans son ensemble exposée à des risques, comme ces facteurs combinés contribuent à la destruction des millions d’organismes et des espèces vivantes sur Terre, ainsi que la destruction de l’équilibre biologique, ce qui menace d’une extinction vitale équivalente dans sa violence à ce que la période du «Crétacé» a vécu, comme la richesse du bétail est érodée d’une vitesse parallèle et qui dépasse même l’érosion des dinosaures depuis soixante-cinq millions d’années.

Les scientifiques pensent que l’extinction de tout organisme vivant unique conduit à la perte de dizaines de millions des codes génétiques, comment donc par rapport à l’extinction d’un groupe d’organismes ou la perte d’un seul type d’espèce?

La taille de la perte vitale dans de tels cas n’est donnée que par le terme des effondrements biologiques où il est impossible de restaurer les génotypes éteints.

Ainsi, il est impossible de faire retourner les dinosaures à la vie comme les codes génétiques sont le résultat de millions d’années d’évolution et d’adaptation et toute perte de la richesse génétique est une perte de la richesse biologique et une perte future de la biodiversité et de ses richesses multiples.

Et maintenant, que voulons-nous pour cette planète?

Nous voulons que cette planète retrouve son équilibre vital, et que les organismes vivent leur vie dans le cadre de leur loi et leur adaptation équilibrée. Nous devons vivre dans le 21e siècle avec des cœurs pleins de stabilité et de confiance et des esprits conscients remplis par la science et la connaissance, parce que la vie est liée à l’environnement et les deux sont importants et possèdent la même importance.

Pin It on Pinterest

Share This